Tout change dans ma vie! #2

Publié le 3 Juillet 2013

Suite de notre abécédaire OKAPI sur les changements qui surviennent à l'adolescence. Et nos conseils pour les surmonter!

 

M comme mort

Quand un proche disparaît, au-delà du chagrin, c'est aussi souvent notre première confrontation avec la mort. Cela fragilise et déstabilise beaucoup. On peut avoir l'impression d'être abandonné à un âge où on a vraiment besoin de l'autre. Si tu n'arrives pas à faire face, ce qui est normal, c'est très important de ne pas rester seul, d'en parler le plus possible, de te faire aider.

« Quand j'ai perdu ma mère il y a trois ans, c'est comme si j'avais perdu une moitié de moi ! Je lui parlais beaucoup. C'est super dur. Je reste pas mal dans mon coin car je pense que les gens ne me comprennent pas trop. Au début je me suis sentie coupable, puis j'ai eu des explications qui m'ont rassurée. Travailler c'était trop dur, j'ai du redoubler ma 6e. Cette année j'ai encore du mal, mais je vais essayer de m'accrocher. Quand ça ne va pas, je parle avec ma sœur qui a 15 ans et avec mon père ! » Juliette, 13 ans, 6e.

 

P comme potes

Les copains prennent désormais de plus en plus de place dans ta vie. Tantôt ils te sont indispensables, représentent ton oxygène par rapport aux parents, tantôt ils te pourrissent la vie, t'énervent, te provoquent, te délaissent. Alors, selon les cas, lorsque tu est amené à les quitter, c'est soit une aubaine, soit une catastrophe. La plus grande peur, très largement partagée, étant de ne pas arriver à s'en refaire de nouveaux !

Nos conseils : Prends le temps de bien les quitter ! Pourquoi ne pas organiser une fête de départ ? Puis, fais un carnet d'adresse des anciens amis, garde le contact téléphonique. Demande à tes parents de les inviter dans ton nouveau lieu de vie si possible. Et pour t'en faire de nouveaux, pourquoi ne pas t'inscrire à une activité sportive ou artistique que tu aimes dans ton nouveau quartier ou collège ?

« Je n'ai pas trop bien vécu le changement de collège que m'ont imposé mes parents. Je me suis refait des amis, mais je me sens quand même plus proche de ceux d'avant, ! » Pierre, 13 ans, 4e

 

Q comme quitter

Quitter et être quitté, c’est le lot de la vie amoureuse. Tu avais un petit copain ou une petite copine, peut-être le premier, et il (elle) ne veut plus de toi. Alors tu as l'impression que le monde va s'écrouler ! Cela fait mal, oui, mais ne reste pas tout seul à ressasser ta peine. Sors, vois des ami(e)s. Surtout ne te dis pas que c'est de ta faute, que tu aurais du faire ceci ou cela, être comme ceci ou comme cela. Les causes sont souvent multiples et insoupçonnables, la personne elle-même ne sachant pas toujours pourquoi elle a besoin de « casser ». Le temps fera son œuvre et bientôt tu pourras te rappeler de cet amour avec tendresse, comme d'un bon souvenir, alors que tu seras passé à autre chose... peut-être de bien mieux ! La vie, quoi !

 

R comme recomposée (famille)

Quand papa et maman se recasent, c’est le bazar. Des beaux-parents aux nouveaux frères et sœurs, la reconfiguration ne se fait pas du jour au lendemain et on ne choisit pas toujours ceux qui, d'intrus, pourront pourtant, avec le temps, devenir des complices !

 

S comme séparation (des parents) : On pensait qu’ils s’aimeraient pour toujours, mais ce n’est pas toujours le cas…

Entre colère, tristesse et incompréhension, voir le couple de tes parents qui se sépare, cela te déstabilise vraiment. Ceci dit parfois, s'ils ne s'entendaient pas, cela peut être un soulagement et rendre la vie de tous les jours moins conflictuelle. Parle avec chacun de tes parents pour leur dire ce que tu as sur le cœur ! Et concentre toi sur ta vie d'ado, tes amis, tes études à toi ! (voir Okapi n°...)

« Mes parents se sont séparés, il y a un peu plus d'un an. ça a été difficile car je ne m'y attendais pas trop. Ma mère est partie habiter très loin. Au début, j'étais en colère contre elle, je lui en voulais un peu. Je me suis vite habitué. La présence de mes amis est très importante ! » François, 12 ans, 5e

 

T comme temps : il va toujours trop vite ou trop lentement, à toi d’en prendre le contrôle !

Et puis, les changements ne se font pas en un claquement de doigts. Donne toi du temps !

 

U comme univers : comment trouver sa place dans ce monde en constante évolution ?

 

V comme volontaire : Tu penses que le monde autour de toi se dégrade sans que tu puisses rien faire et ça te déprime ? Mais tu peux t’engager pour qu’il aille mieux.

Pourquoi ne pas participer à un conseil municipal de jeunes où ton avis comptera dans les décisions des élus, ou créer une junior association pour faire vivre un club d'activités sportives, de lecture, de cuisine dans ton quartier ou village, ou pour soutenir des projets dans les pays en développement, autant de lieux pour agir localement ou ailleurs sur la planète. A toi de jouer !

 

Z comme zen :

La seule façon de faire reculer notre peur du changement, c'est en anticipant et en s'y préparant. Poser des questions et se renseigner autant que possible, ça rassure ! Agir sur sa vie, quand c'est possible, cela permet d'avoir un peu plus de pouvoir sur les bouleversements que l'on traverse.

Mais, bon, souvent, on n’a aucune prise sur les changements extérieurs, Alors keep cool !

 

Pratique

Pour te faire aider, si les changements te bousculent trop :

- Te rendre à la « Maison des Adolescents » la plus proche de chez toi (liste sur www.derpad.com/anmda/anmda.php)

- Consulter le site www.filsantejeunes.com (dossiers, forums...) ou parler à des professionnels au 32 24, ligne gratuite et anonyme, ouverte tous les jours de 8h à minuit.

 

Remerciements à Juliette Tocanne, psychologue et responsable du site Internet Fil Santé Jeunes et à tous les ados qui ont témoigné.

 

Paru dans Okapi n° 957 du 1er mai 2013

 

Rédigé par Marie Remande

Repost 0
Commenter cet article