PIaNO CHaT hypnotise le 2e Festival de Poche

Publié le 5 Avril 2010

PIaNO CHaT 2 ALS

Un vendredi soir de mars avec ma fille, une soirée spéciale, rien que pour nous deux.

J'ai décidé de lui faire découvrir le second « Festival de poche », nommé cette fois "Festival de poche en tous sens" une formule de concerts en acoustique chez l'habitant. J'avais adoré lors de la première à l'automne dernier cette proximité toute en émotions avec un artiste qui offre un concert unique et sur-mesure.

La formule : une petite jauge de 30 à 40 personnes, chez un hôte qui prête son "chez lui". Et le plaisir de se retrouver après autour d'un plat ou d'une bonne bouteille que l'un ou l'autre a apporté. Celui aussi de parler à l'artiste, de lui dire ce qui nous a touché, ce qui nous a questionné dans son show.

La dernière fois, Bertrand Labarre, m'avait envoûtée de sa voix grave et rauque. Il avait gratté mon coeur avec le médiator de sa guitare et ses textes mi-réalistes, mi-poétiques chargés du gris du macadam et des cités, de son humour et de ses amours.

 

Voir ici une vidéo du concert de Bertrand d'Labarre


Du coup, cette fois, j'ai replongé, curieuse et confiante en la programmation musicale de Xavier Selva, créateur de Culturz. Cette émission régionale diffuse tous les mois sur TV Tours, Orléans TV et BIP TV et sur le net, un plein filet de reportages décalés sur des perles, coquillages et autres crustacés, musicaux, théâtraux, littéraires, plastiques, artistiques, pêchés au gré de ses goûts par ce journaliste familier de cet océan culturel régional comme de sa poche. Le nom du Festival lui serait-il venu aussi de là?


Bref, ce vendredi de printemps là, chez JB, bingo again! Le concert de PIaNO CHaT m'a hypnotisée. Un tout autre style cette fois. Une version électrique (avant 22h pour éviter les frottements avec le voisinage) avec guitare, piano et quelques percussions. Mais surtout une voix, une voix, aaaaahhh! Etrange et fascinante. Venue à la fois des tripes de l'artiste et de l'espace, de très profond et de très loin. Elle navigue dans les aigus, parfois cri ou plainte, parfois miaulement (celui du chat dans le piano?) et prend toute sa force dans des boucles vocales entrelacées. Moi, elle me fait penser à celle de Jéremy des Mercury Rev', Manon, mon ado, à Radio Head et Xavier, le grand manitou du Festival de Poche, y retrouve lui des accents d'Arcade Fire, après avoir lâché à la fin du concert « C'était énorme, non? ».

PIaNO CHaT ALS

Cette voix est surtout la voix singulière de Marceau, jeune chanteur prometteur, qui sort son premier disque solo sous le nom de PIaNO CHaT, après avoir longtemps joué dans le groupe Ladybird LALA band. « Ca change du gros son habituel de ses concerts. », témoigne Anne-Lise, une fidèle et aussi hôte du précédent Festival « J'aime beaucoup ce PiaNO CHaT plus intimiste! ». Pour ma part, je découvrais un nouvel artiste dont l'étrange univers m'a plu.  Mes yeux se sont plusieurs fois fermés pour mieux savourer ses sons et sa voix fascinante. Et l'enthousiasme de ma fille pour ses mélodies a vite détrôné ses "j'ai peur de me faire chier". Merci et à bientôt sur scène Monsieur PIaNO ChaT.


Photos Anne-Lise Schonbach

Rédigé par Marie Remande

Publié dans #articles généralistes

Repost 0
Commenter cet article