Euro Gusto fête une autre alimentation

Publié le 19 Novembre 2011

 

 

 

 

Marché Euro Gusto Romain Lhuissier

Marché Euro Gusto - Photo Romain Lhuissier

 

 


 

Et hop, crac, miam, zou!  Quelques mots de retour du Salon Euro Gusto, une grande fête du goût & de l'alimentation « bonne, propre et juste »*, qui se déroule jusqu'à dimanche à Tours, au parc des expositions.

Un fête de tous les sens, comme ma journée, elle, dans tous les sens, aussi.

 

degustationA l'oenothèque Euro Gusto nov 2011

llustration "Flow" pour Global Magazine

 

Invités par le mouvement « Slow Food », plus d'une centaine de producteurs font déguster et découvrir des produits qui fleurent bon le terroir, tous plus savoureux les uns que les autres. Seul regret : que ce salon se déroule dans un entrepôt gris et froid. Drôle d'idée pour mettre en appétit les papilles. Ceci dit, l'enthousiasme des échanges et la convivialité des producteurs compense  ce travers (de porc noir de Bigorre, une "Sentinelle du Goût", un de ces spécimens alimentaire et gustatif, que Slow Food valorise pour leur éviter de disparaître. Fin du jeu de mot et de la parenthèse.)

 


S'alignent donc, en rangs d'oignons, dans les allées, des producteurs venus des quatre coins d'Europe, surtout quand même en provenance des régions françaises, plus une présence africaine sur deux stands autour de beaux projets réalisés dans le cadre de l'opération « 4cities4dev » un jumelage solidaire « Nord-Sud » pour soutenir des expériences de communautés autour de spécialités alimentaires. Mon « coup de cœur » du salon.

En Côte-D'Ivoire, des jardins potagers communautaires gérés par un groupe de femmes ont été crées pour fournir de la nourriture aux familles et à la cantine scolaire.

En Mauritanie Les femmes Imragen vivent de la pêche et transformation du poisson, avec la poutargue (oeufs séchés de mulet) comme produit principal.

Les coordinatrices en provenance de ces deux pays rencontrées à Euro Gusto me paraissent être des femmes remarquables.

 

* Terme inventé  par Carlo Petrini, Fondateur du mouvement Slow food

 

_____________________________________________________________________________________________

 

Voici pour finir quelques morceaux choisis du très charismatique Carlo Petrini qui a présenté son ouvrage « Terra Madre, renouer avec la chaîne vertueuse de l'alimentation » (ed. Alternatives).

petrini1Ilustration "Flow" Global Magazine

 

 

« La crise entropique que nous vivons, économique, financière et énergétique doit être l'occasion d'entrer dans un nouveau paradigme : retourner à la terre, retrouver le respect de la terre et de l'environnement. »

 

A propos de la fin de la réforme de la Politique Agricole Commune en 2012 :

«  L'année 2012 sera stratégique pour éviter de mauvaises négociations sur l'agriculture en Europe. Chacun doit interpeller son parlementaire européen dans sa région pour lui demander ce qu'il pense de l'agriculture locale »

« L'argumentaire peut s'appuyer sur 4 points : on doit aider la petite et moyenne agriculture, donner seulement des subventions à, une agriculture « vertueuse » dans le sens où elle respecte la biodiversité, renforcer l'agriculture locale et enfin faire que des jeunes puisent retourner à la terre. »

 

Former les enfants à une autre agriculture et consommation :

« J'invite à créer partout dans les écoles des jardins potagers pour que les enfants apprennent ce que veut dire faire pousser une graine et que lorsqu'ils retournent à la maison, ils soient porteurs d'un autre message auprès de leurs parents. »

 

Militant de la lenteur :

« L'homme est aujourd'hui malade de la vitesse. Nous devons retrouver la lenteur... Mettre plus d'amour et de poésie dans nos vies. »

Rédigé par Marie Remande

Publié dans #articles généralistes

Repost 0
Commenter cet article