Les Visiteurs de Guédelon

Publié le 5 Janvier 2010

2

A Guédelon dans l'Yonne, une trentaine d'ouvriers construisent un château selon les techniques du Moyen-Âge, sous les yeux curieux de quelques 300 000 visiteurs par an.

 

Les tailleurs de pierre martèlent le calcaire à petits coups. Sculpté, il ornera bientôt le tour des fenêtres du logis seigneurial, en cours d'achèvement en 2009. Quelques visiteurs venus passer la journée à Guédelon, dans l'Yonne, observent et questionnent les bâtisseurs. Derrière eux, des carriers charrient un bloc de grès ferrugineux, veiné de rouge, tout juste extrait de la carrière attenante au chantier. Les touristes doivent reculer. Trois ouvriers musclés installent la pierre sur une planche. Elle monte lentement au sommet de la tour, portée par une poulie dont la force est démultipliée par le pas d'un homme qui marche dans une roue à hamster géante. Spectaculaire et simple. Comme chacune des tâches de ce chantier de château fort où 35 ouvriers salariés d'aujourd'hui - maçons, charpentiers, forgerons...- réinventent chaque jour les gestes du XIIIe siècle, sans avoir recours à aucune mécanisation.


Un projet fou né en 1997

« Un soir chez des amis, j'ai rencontré le propriétaire du château de St-Fargeau, qui caressait l'idée de reconstruire un château fort à l'ancienne », raconte Maryline Martin, chef d'entreprise dans la région, reconvertie depuis en directrice du chantier médiéval de Guédelon. Séduite, elle crayonne un projet. Avant même la première pierre posée le 20 juin 1997, les fondations sont là : de la passion, de l'énergie et une force de conviction à déplacer toutes les réticences, pourtant fortes. Les instigateurs trouvent le lieu idéal - la forêt de Guédelon, à l'Est de l'Yonne - et les trois ingrédients essentiels à la construction d'un édifice médiéval : une carrière dont on extraira les pierres, des arbres pour le bois et de l'eau. Pour financer l'investissement initial, la directrice mobilise des fonds européens et régionaux, associés à ceux de quatre fondations. « Nos objectifs tournaient à la fois autour du développement économique local et de la lutte contre le chômage. », explique-t-elle. « Ma plus grande fierté est d'avoir pu donner du travail à des personnes pas diplômées, mais adaptables, qui en espace rural ne trouvaient aucun travail. »Guedelon MRA


Une réussite touristique

Ici les ouvriers sont à la fois des techniciens qui maitrisent bien les techniques et des animateurs socio-culturels qui savent les expliquer de manière pédagogique aux visiteurs. « Nous travaillons énormément les mots de telle sorte que les explications des guides soient accessibles à tout le monde. » explique Maryline Martin. Elle souhaite que ce projet ambitieux, qui s'appuie sur un comité scientifique d'historiens et archéologues de haut niveau, puisse toucher tous les publics et notamment les scolaires, qui représentent un tiers des visiteurs. Et le pari semble gagné puisque le chantier de Guédelon a déjà remporté plusieurs prix touristiques et accueille désormais 300 000 visiteurs chaque année dans une région jusque là peu fréquentée.

 

 


 

L'archéologie expérimentale, un concept nouveau

« Notre château n'est pas fonctionnel, c'est un pur objet archéologique » explique Florian Renucci, le chef de chantier de Guédelon. « Notre projet est singulier. Au fil des ans, il permet aux archéologues, historiens et amateurs de connaître toutes les étapes de construction d'un château fort. Guédelon est un château qui livre ses secrets de fabrication! »



Informations pratiques :

Le chantier médiéval de Guédelon est situé à 2h au sud de Paris, dans l'Yonne, près de St Fargeau. Ouverture de mi-mars à début novembre. T. 03 86 45 66 66 - www.guedelon.fr

Article à paraître dans le magazine Gîtes de France n°86 - Hiver 2010


 

Rédigé par Marie Remande

Publié dans #articles généralistes

Repost 0
Commenter cet article