François Bon défend le livre numérique

Publié le 21 Septembre 2011

François Bon DR Albin Michel 2007

François Bon - DR Albin Michel 2007

 

Ce soir j'ai assisté au Nouvel Olympia, à Tours, à une rencontre avec l'écrivain François Bon, dont je suis en train de lire "Tous les mots sont adultes", un livre-témoignage où il relate son travail d'animation d'ateliers d'écriture.

Cette rencontre animée par la journaliste Charlotte Lipinska, a dévoilé l'itinéraire d'un homme dont la pensée, riche, part dans tous les sens et en même temps sait où elle va. Cet auteur qui ne mâche pas ses mots se révèle être un observateur dont le regard se porte sur le monde de manière poétique, presque ethnologique parfois, singulière en tout cas. Il nous a relaté son parcours de lecteur, d'auteur et de défricheur, puisqu'il s'aventure et innove dans l'univers du livre numérique en créant une maison d'édition entièrement numérique publie.net.

 

Quelques morceaux choisis :

 

"Il faut être ouvert à un désordre, à un déséquilibre propice à l'écriture. Quand on est dans un état de disponibilité, l'écriture arrive. "

 

"Autrefois, il y avait deux univers, le "lire" et "l'écrire". Avec le numérique, on passe au "lirécrire".

"L'édition ne franchit pas le cap du numérique. Peut-être à cause du côté très fétichisé du livre."

" Avec le numérique, on est dans un domaine imprédictible. Dans une révolution irréversible et totale."

"Avec la publication numérique, c'est un chantier qui s'ouvre, une sorte d'écosystème à lui seul. En plus du texte, notre 'boite à camembert' peu contenir de l'image, du son, de la video... et on invente un nouveau mode de navigation qui remplace la table des matières.

 

Je voulais effectivement écouter François Bon, voire le rencontrer, puisque je plonge cet automne dans un travail d'atelier d'écriture avec des ados. Et, parce que j'aime les défis, j'ai choisi des ados en souffrance. Même pas peur ! Je me dis que cela va être intéressant au contraire. Du moment que je sais m'adapter. Et rester en permanence créative, honnête aussi, et authentique, sans chercher à "plaquer" des modèles ou des recettes, ni à jouer la psy à deux euros..

A la fin de la rencontre, j'ai été demander à l'écrivain de signer son bouquin "Tous les mots sont adultes" et lui ai expliqué que j'allais commencer ces fameux ateliers d'écriture. Marie-Christine m'accompagnait. Il nous a encouragé et m'a donné son mail pour que je le tienne au courant. J'ai apprécié ce geste, vraiment. Je lui raconterai nos aventures, c'est sûr.

Rédigé par Marie Remande

Publié dans #articles généralistes

Repost 0
Commenter cet article