Laurent Chatenay, viticulteur distingué

Publié le 3 Octobre 2005

  Laurent Chatenay, viticulteur à Montlouis,« révélation » du célèbre guide Bettane et Desseauve 2003.

2002 est une grande année pour Laurent Chatenay. Plusieurs de ses vins ont été remarqués dans la sélection des meilleures bouteilles 2001 de la Revue du Vin de France, « La » référence de la profession. Il entre au guide Bettane et Desseauve 2003, la « Bible » du vin, avec des notes proches de 10 pour plusieurs cuvées. Et, cerise sur le gâteau, une dépêche AFP parue le 10 septembre, le consacre « révélation » de ce guide, avec seulement trois autres viticulteurs français.

Laurent Chatenay voit depuis quelques semaines ses efforts récompensés. Il vient de rejoindre deux autres producteurs de Montlouis dans la nouvelle édition du « Bettane et Desseauve » paru fin août 2003. Selon les termes du guide, « (…) la troupe des vignerons d’élite de Montlouis s’agrandit avec le jeune Laurent Chatenay. On retrouve comme chez ses aînés, le goût du chenin mûr et nature (sans chaptalisation bien sûr). Les secs et demi sec sont portés par une minéralité peu commune ». La Vallée 2001 demi sec obtient dans le guide des vins Bettane et Desseauve un 9 sur 10 et le Clos Michet  2001 liquoreux, un 9,5 sur 10.
Dans son numéro spécial paru en juin 2002, la Revue du Vin de France « a beaucoup aimé » de son côté les Maisonnettes 2001 (Montlouis sec) et également  le Clos Michet 2001. Ce dernier fait l’unanimité. Pas étonnant quand on sait que Laurent Chatenay est le seul à Montlouis, cette année-là, a avoir obtenu un liquoreux, récolté à 22°, résultat d’une sélection de grains nobles triés sur le volet.

Ces distinctions viennent couronner six années de travail acharné et passionné, où le viticulteur n’a pas ménagé ses efforts pour aboutir à un vin de qualité haut de gamme, qu’il peut cette année réserver à une clientèle avertie. « J’ai beaucoup investi au départ financièrement et je ne suis pas avare de mon temps. Ce n’est pas tous les jours facile, mais ce métier me passionne ». Avec sa femme, responsable administrative de l’exploitation et un responsable de production qui est venu rejoindre l’équipe, il dirige l’entreprise depuis 1996. « Reprendre une exploitation viticole a été pour moi un vrai choix de vie,    qui m’a amené à refaire à 30 an un formation agricole et œnologique ; un virage à 180°, puisque j’étais auparavant dessinateur industriel. J’ai aussi beaucoup appris sur le tas, notamment au contact d’autres viticulteurs de Montlouis, à qui je dois beaucoup. ».

Le secret de sa réussite, outre la passion est le goût d’apprendre, est sans doute une certaine philosophie du métier. Il cultive 12 hectares de chenin en vieilles vignes (entre 40 et 80 ans) sans désherbants chimiques et réalise ses traitements au soufre et au cuivre. Il vendange manuellement par tris successifs pour les vins tranquilles qu’il élève en barriques. Il vinifie sans levurage, ni chaptalisation et met en bouteilles entre avril et septembre.

Côté clientèle, il chouchoute les particuliers, mais travaille aussi très bien avec les cavistes et se développe à l’export en Europe et au Japon.

Aujourd’hui Laurent Chatenay va sans doute pouvoir récolter les fruits de ces années de travail. De la reconnaissance certes, mais aussi un développement de ses ventes, y compris dans la région, où il est encore peu connu des amateurs.

 
Communiqué de presse rédigé à l'automne 2002.

Rédigé par Marie Remande-Archer

Publié dans #articles généralistes

Repost 0
Commenter cet article