Ciel bas au Mont Noir

Publié le 13 Juin 2007

Le « moulin de l’ingratitude » (Ondankmeulen)
à Boeschepe en Flandres - Photo JP Lammens

Prenons un dimanche ordinaire de février. Des amis Lillois vous emmènent en voiture découvrir la Flandre franco-belge au Mont Noir.  Vous en avez des frissons dans le dos d'imaginer ce qui vous attend, un nom pareil ne peut que porter malheur. Le brouillard et la pluie accompagnent le voyage, et... vous arrivez  dans un parc de 8 ha qui abrite la Villa Marguerite Yourcenar, résidence d'écrivains européens, retirée au calme en pleine forêt de sapins, chênes et hêtres. Vous culminez à presque 130 m d’altitude. Au loin, le plat pays à perte de vue.  On en rêverait, si le temps n'était pas si sombre et le ciel si bas. Le sentier de randonnée que vous empruntez est émaillé de plaques couvertes de citations d'auteurs, dont celles de Marguerite Cleenwerck de Crayencour (anagramme de Yourcenar) qui vécut ses 10 premiers étés au mont Noir. A un ami poète Belge elle confie : « je ne saurais m'imaginer sans la Flandre, sans la contrée où, pour la première fois de mon existence, je fus confrontée à la pureté et à la force des éléments: l'eau, l'air et la terre. La Flandre constitue l'émerveillement de ma vie, le fondement émotionnel… ». Après quelques kilomètres sur le sentier des Jacinthes, vous longez des champs de houblon, avant de rejoindre la plaine. Nouveau départ en voiture vers la frontière belge, dépaysante avec ses maisons basses de brique rouge. Vos amis vous offrent une bière artisanale, côté français, au Vierpot, un estaminet presque accoudé au moulin en bois si flamand de Boeschepe. Dehors il ne pleut plus ; dedans, le sourire des joueurs de « Grenouille », des nappes à carreau blanc et rouge, votre gauffre à la cassonade qui se prépare, il fait chaud.


Article extrait dossier "L'Autre Nord" paru dans le Magazine Gîtes de France  - été 07

Rédigé par Marie Remande-Archer

Publié dans #articles généralistes

Repost 0
Commenter cet article