Kafka sur le rivage, envoutant et essentiel Murakami

Publié le 20 Mars 2007

Entre 13 et 14h, je grapille quelques précieuses minutes volées au trop opulent temps du repas pour enrichir le trop famélique temps du rêve. Je me glisse dans cet interstice pour dire tout le bien que je pense de ce que je considère comme un chef d'oeuvre de la littérature actuelle, tout juste refermé.

Je viens donc d'achever la lecture de Kafka sur le rivage, d'Haruki Murakami. Dans ce récit d'initiation magique et hypnotique, réel et imaginaire s'entrelaçent intimement, comme Kafka Tamura et Melle Saeki, les deux amants inséparables de l'histoire. 619 pages de poésie à l'état pur. Une écriture et une narration d'une profondeur infinie et d'une grâce absolue. Pour moi une oeuvre universelle et majeure.

Décidément après la découverte récente de  la Vie des Autres, à classer au registre des grandes oeuvres cinématographiques pour moi, j'ai de la chance. Peut-être parce que j'ai peu de temps et que je suis obligée de choisir. Merci Anna pour la recommandation.

Rédigé par Marie Remande-Archer

Publié dans #brève

Repost 0
Commenter cet article