Yann Legay, le son pro

Publié le 14 Juin 2006


À Husseau, au coeur de la viticulture montlouisienne, un ingénieur du son installe un studio de post synchronisation audio pour la télévision et le cinéma pour venir rejoindre sa famille. Une gageure dans un milieu à 95% parisien. Rencontre avec Yann Legay et visite de son studio.


La voiture a quitté la levée de la Loire, ses îlots de sable et vous abordez un raidillon à travers Husseau, hameau de caractère, royaume de la viticulture par excellence. « C?est à gauche en montant » (AGM), a t-il dit. Voici l'antre de Yann Legay, AGM productions, petit studio d'enregistrement audio, temple du son cinématographique et télévisuel.

Le choix de Montlouis

Yann Legay vous accueille. Derrière ses petites lunettes rondes cerclées de métal et son look d'étudiant, il a pourtant du métier.  À 34 ans, cet ingénieur du son roule ses fils et dirige ses micros depuis 9 ans dans de nombreux studios parisiens pour des maisons de production télé et cinéma prestigieuses, jusqu'au jour où sa femme est mutée à Tours comme maître de conférences. Pour voir grandir leurs trois enfants, ils préfèrent Montlouis à Paris où ils trouvent une petite maison à louer. Yann continue, lui, à faire la navette durant deux années. « Et puis soudain j'en ai eu assez de ne plus voir ma famille. Comme j'avais déjà fait l'expérience d'avoir monté un studio à Paris et que mes clients m'avaient suivi, j'ai décidé de renouveler l'expérience à Montlouis. Cette ville me plaisait, un bon dosage entre dynamisme culturel et qualité de vie. »  Commence alors le parcours du combattant pour trouver le local idéal. Il finit par dénicher à Husseau une maison pour habiter et des dépendances pour travailler. Aménagé par un architecte et un accousticien, le local prend forme après avoir été presque démoli. Le résultat en vaut la chandelle : 150m2 totalement transformés et intégralement dédiés au son. AGM (Audio Généralement Modifié) productions s'installe au pays du vin en décembre 2004.

Un studio très pro

Au milieu d'un studio en pleine maintenance, Yann fait le guide. La première salle fait penser à une régie télé. Plusieurs écrans d?ordinateurs permettent ici de mettre en concordance le son et l'image. De l'autre côté de la vitre, une petite « cabine speak », aux murs ouatinés, sert à enregistrer les voix, chansons pour les disques ou post-synchronisation en français, sa spécialité, pour les films. Plus loin, le « nodal », lieu essentiel du studio recelle toutes les machines et ordinateurs. « Le matériel reste toujours à la pointe. Je dois investir constamment pour rester dans le coup et crédible aux yeux de mes gros clients comme IUP, principal distributeur d'Universal et de Paramount. Sinon ils iraient voir ailleurs. » Au premier étage, une mezzanine sert de lieu de stockage, de maintenance et de production. Dernière étape de la visite, mais la plus impressionnante, le studio principal d'enregistrement. Boîte dans la boîte, il est conçu comme une mini-salle de cinéma avec un écran de 5 mètres sur 3. Yann projette son bébé, celui dont il est le plus fier, le film de science-fiction « les Chroniques de Riddick », sorti en 2004. Il en a réalisé toute la post-production audio française. « Une expérience inoubliable. Le réalisateur est venu me chercher l'hiver 2003, alors que le studio n'était pas encore chauffé et que nous n'avions pas encore installé le parquet. Il voulait que ce soit moi et bonheur suprême, j'aimais le film !» Le résultat est bluffant, des 4 enceintes intégrées dans le mur, le son rugit derrière l?écran et le souffle de la tempête de neige sur la nuque de Vin Diesel paraît plus vrai que nature. Yann réajuste le volume avec ses manettes sur sa console de mixage. Ici il a mélangé sons, voix et effets spéciaux d'une dizaine de films pour le cinéma (le Crime Farpait, Doom?) et la télévision (Onasis et la Callas pour France 2 par ex.). Quand il lui reste du temps - AGM productions a beaucoup de commandes - il développe son activité musicale, à laquelle il aimerait aussi se consacrer. Ainsi il a réalisé en 2005 une compilation « live » des meilleurs moments du festival Jazz en Touraine à Montlouis, expérience réussie grâce au financement des partenaires, qui sera renouvelée lors de l'édition 2006. La visite est finie, déjà il remet déjà en route son camion régie et ses machines à sons. Dans le jardin ensoleillé, une chaise longue s'ennuie.

Article à paraître dans VIVACITE juin 06

Rédigé par Marie Remande-Archer

Publié dans #portrait

Repost 0
Commenter cet article