L’Aquitaine, le bon côté du Sud ?

Publié le 10 Avril 2006

  Certains à l’Aquitaine préfèrent le terme plus commun de «Sud-ouest», comme en opposition à l’autre sud de la France, le « Sud-est », celui des fronts de mer plus prisés, mais aussi plus bétonnés, côté Méditerrannée. « Le bon côté du Sud » vantent les slogans publicitaires touristiques : fanfaronnade marketing ou fierté légitime d’une région de soleil aux accents chantants, au littoral préservé souvent tourmenté, d’un pays de terroirs et traditions bien ancrées?
 


La belle Aquitaine résiste à toutes les synthèses. Ses cinq départements - la Dordogne, la Gironde, les Landes, le Lot-et-Garonne et les Pyrénées Atlantiques – représentent bien toute sa diversité, entre mer et montagne, villes et villages de caractère et campagne. De Bordeaux, métropole régionale et Girondine emblématique (735 000 habitants dans l’agglomération), à Biarritz, la basque, qui fleurte avec l’Espagne et cotoie la chaîne pyrénéenne, s’étire une côte ininterrompue de 250 kms de plages, seul fil conducteur régional. Dans l’arrière pays, La Dordogne & le Lot-et-Garonne, rivalisent de richesses patrimoniales : châteaux, bastides, grottes préhistoriques, tourisme fluvial… Et les cinq département se partagent un savoir-faire culinaire bien français, savoureux, arrosé des fameux vins du cru.

Du tourisme balnéaire à l’oeno-tourisme

 L’Aquitaine est la première région pour le tourisme français . Sur dix touristes, deux seulement sont étrangers, deux proviennent de la région, deux du grand sud-ouest (Toulouse et Pyrénées), deux de l‘Ile-de France et deux des autres régions françaises. Pôle économique à part entière dans la région, le tourisme génère aujourd’hui un revenu de 2,9 milliards d’Euros. Il a heureusement repris tout son essor l’été dernier, après deux années « noires » suite au naufrage du pétrolier « Prestige » au large des côtes de Galice en novembre 2002 et de la pollution d’une partie des plages Atlantiques. Selon une étude réalisée en 2005 par le Comité Régional de Tourisme d’Aquitaine, le touriste vient d’abord, pour la mer, aimanté tout naturellement  par l’attrait de cette longue plage de sable blanc préservée de 250 kms du Nord au Sud, ourlée de dunes et protégée par une vaste forêt de pins en deuxième ligne. Et logiquement le tourisme balnéaire domine avec une offre touristique marchande regroupée aux deux tiers sur le littoral. La seconde motivation, le climat, précède une troisième moins avouable, mais tout aussi légitime : « se reposer et ne rien faire » ! Résultat : la fréquentation touristique se concentre à 50 % sur les communes maritimes et à 50% sur les autres communes.
L’autre Aquitaine recherchée par les touristes a plusieurs visages. Un visage historique, celui des grandes villes (Bordeaux, Sarlat, Perigueux, Bayonne, Biarritz, Pau…) et des villages, plus fortement incarné par le département de la Dordogne, pays de châteaux et bastides (comme son voisin, le Lot-et-Garonne), aux grottes préhistoriques rupestres. Le visage traditionnel des maisons très typées du Pays Basque (façades blanches à colombages rouge bordeaux) aux Landes (voir encadré sur le Gîte reconstruit dans un airial des Hautes Landes) en passant par le Béarn (« cases » bâtie avec des galets à la toiture très inclinée), et des fêtes encore très vivantes aujourd’hui : « festayres » à Bayonne, Dax et Mont-de-Marsan ; courses landaises, corridas et concours de pelote Basque plus près de l’Espagne. Et un visage gourmand, celui des saveurs régionales (foie gras, pruneaux, truffes, cèpes…) et du vin. L’Aquitaine, première région viticole de France avec 1/4 de la production de vin française, joue vraiment aujourd’hui la carte de l’oeno-tourisme.

De l'eau salée, du sable, du vin et des fêtes?

Ainsi le Comité Régional de Tourisme d’Aquitaine mène depuis quelques années une campagne intitulée « Destination Vignoble »  en partenariat avec le Comité Départemental de Tourisme de Gironde et les Gîtes de France (avec les Gîtes Bacchus). « Nous avons pour objectif d’accompagner le développement de l’oeno-tourisme et de professionaliser la filière » nous raconte Brigitte Bloch, directrice du CRT. Sont financés des projets conçus par des professionnels du vin et du tourisme, pouvant aller de la création d’une maison des vins à l’aménagement de parkings et toilettes pour améliorer l’accueil et la dégustation chez des viticulteurs. Les 19 et 20 octobre 2006, une centaine de tours opérateurs du monde entier spécialisés dans l’oeno-tourisme seront invités en Aquitaine par la Maison de la France pour la seconde édition d’un workshop autour du vin avec découverte de la région et dégustations.
En 2006, outre le lancement d’un vaste plan marketing de soutien aux initiatives touristiques régionales, le CRT d’Aquitaine innove avec la mis en ligne depuis le 28 mars dernier, d’un tout nouveau site Internet, fruit de cinq années de travail avec l’ensemble des acteurs du tourisme des cinq départements. Véritable base de données de toute l’offre de la région – hébergements, restauration, activités sportives et culturelles, lieux de visite, établissements thermaux, loueurs de bâteaux de plaisance…- ce site fera l’objet de mises à jour régulières par les partenaires. Accessible en quatre langues, il permettra au touriste français ou étranger de se construire ses propres vacances, en temps réel, en localisant chacun des sites retenus sur une carte.
La recette du succès du tourisme aquitain pourrait finalement se résumer ainsi : de l’eau… salée en abondance avec en toile de fond le sable et les dunes immenses, du bon vin savouré dans une maison de caractère ou à une terrasse d’un village typé, au soleil, une sieste goûtée à l’ombre des pins des Landes avant d’aller rejoindre une fête locale et … quelques bons outils marketing pour le faire-savoir. A bon entendeur !

Pour en savoir plus :
CRT d’Aquitaine Tel : 05 56 01 70 00 et www.tourisme-aquitaine.fr

Rédigé par Marie Remande-Archer

Publié dans #articles généralistes

Repost 0
Commenter cet article

cri@w3 18/04/2006 12:25

Bétonné, le front de mer méditerranéen ? Méfiez-vous des idées reçues : vous n'écririez pas cela si vous connaissiez les 40 km de Calanques de Marseille à la Ciotat (au sud de Marseille) ou la côte bleue (au nord de Marseille).Ceci dit, j'adore -- aussi -- les côtes landaise et basque.Très cordialement,

Marie Remande-Archer 19/04/2006 13:51

Merci de m'avoir lue. Bien sûr le front de mer méditerranéen n'est pas partout bétonné et quand il ne l'est pas il est absolument sublime. OK pour Cassis et ses calanques où j'ai randonné et pour d'autres lieux près de Nice. Ceci dit la méditerranée n'a plus besoin de publicité n'est-ce pas?Bien cordialement. Comment avez vous connu mon site au fait?

Claudine 11/04/2006 17:40

Une bien belle région où je retrouve mes racines.
Entre Agen et les petits villages du Pays Basque c'est mon ado qui revient grâce à ton article.
C'est vrai que c'est une région pleine de découvertes et très importante au niveau de la gastronomie. Quand on est originaire d'un tel territoire on ne peut qu'apprécier les plaisirs de la table que l'on retrouve aussi en Touraine.
Merci pour cette belle carte postale.
A quand un aussi beau portrait de la Bretagne Nord? Nous t'attendons.