Le cirque tortionnaire

Publié le 30 Décembre 2005

Des éléphantes “de cirques”, sur le point d’être saisies en Allemagne, disparaissent et réapparaissent en France.


En novembre 2005, la justice allemande décide d'ordonner la saisie, pour mauvais traitements, des 5 éléphantes du grand cirque Althoff. L'une d'elles, Maya, est évacuée en urgence. Les quatre autres attendent leur transport vers un zoo. Il s'agit de Vicky, 32 ans, Belinda 35 ans, Pira 33 ans et Diana, 33 ans.
Le 26 novembre, les quatre éléphantes ont disparu. One Voice les retrouve
début décembre dans le village du cirque de Noël à Bréhémont (37).

Mi-décembre 2005, les autorités françaises contrôlent le dresseur, Joye Gartner, et ses éléphantes. Une des éléphantes d'Althoff, Diana, a déjà été "transportée" ailleurs. D'après des témoins, elle était dans un état de faiblesse tel qu'il a fallu utiliser une chariot élévateur pour la hisser dans le camion.
Les deux éléphantes que Joye Gartner produit en spectacle sont "en règle"
mais les trois autres éléphantes d'Allemagne n'ont pas les papiers indispensables. (Les éléphants d'Asie, parmi les animaux les plus menacés de la planète, sont protégés en Annexe I de la CITES.)
Les autorités ordonnent donc une saisie fictive des animaux, en l'absence de
places en Europe pour les accueillir dans des conditions dignes et légales.

Face à ces dispositions, One Voice trouve des solutions en urgence (accueil dans un lieu légal et approprié, transport avec la mobilisation de deux des trois transporteurs agréés en Europe, organisation pour des tests de tuberculose…). Mais à l'issue d'un nouveau contrôle, il est décidé que les éléphantes resteront dans le cirque, en dépit de la situation illégale.

D'après les experts allemands et autrichiens les ayant suivies depuis 2003 les éléphantes sont dans un état préoccupant. À l'heure actuelle, l'une d'elle, Vicky, souffre de paralysie de la trompe et d'une jambe. Toutes ont des problèmes aux pieds, dus à l'enchaînement de deux jambes 24h/24 et aux mouvements stéréotypiques. Les tests concernant la tuberculose n'ont pas été effectués. Mais les éléphantes sont restées accessibles au public…

Muriel Arnal, présidente de One Voice, déclare : "Ce cas n'est pas une exception en France où nombre d'animaux sont détenus et présentés au public illégalement dans les cirques. Les conditions de détention sont scandaleuses et les conditions de sécurité du public ne sont pas remplies. Mais, alors que les zoos doivent se conformer à des normes strictes pour le respect des animaux et la sécurité du public. les cirques restent, tout simplement, une zone de non-droit à bien des égards."

Contact : Muriel Arnal au 06 79 83 16 61 / 02 51 83 18 10


One Voice est une association apolitique et indépendante de défense des animaux et
de l'environnement. Créée en 1995, elle réunit 20000 membres.

www.cirques.org

Rédigé par Marie Remande-Archer

Publié dans #articles généralistes

Repost 0
Commenter cet article

Congregation mariale 08/06/2006 23:08

c est fou! peut-on dire qqc après avoir lu ça?