Ecrire pour faire partager ses passions

Publié le 16 Octobre 2005

  Dès le 1er septembre, Didier Beynac a pris ses fonctions de correspondant de l’Agence France Presse à Tours. Il remplace Hervé Lionnet, parti à Stockholm après trois années passées à arpenter les sept départements que couvre l’agence. Le journaliste s’est prêté avec grâce au jeu des questions-réponses. Bienvenue au Club !

Quel est votre itinéraire professionnel et d’où venez vous ?
Je suis un Bordelais « monté » à Paris pour faire carrière ! J’ai choisi d’être journaliste pour allier mes deux passions : le sport et l’écriture. À 22 ans, j’ai donc commencé comme journaliste sportif dans la presse écrite puis à l’AFP à partir de 1982. Je suis ensuite reparti à Bordeaux dans une agence locale. J’ai aimé cet intermède où je découvrais le terrain, après avoir beaucoup voyagé. Puis j’ai passé douze années à Paris entre reportage et desk.

Quels événements vous ont le plus marqué dans votre carrière ?
Ma première signature a bien sûr été un souvenir marquant, puis ma première coupe du monde de football en Espagne en 82 et mes premiers Jeux Olympiques, à Séoul. Vous êtes alors dans un autre monde. Assister à cet événement et pouvoir le raconter est une chance unique. Des souvenirs moins drôles me restent aussi, comme un incendie gigantesque à Bordeaux où j’ai passé deux jours et deux nuits aux côtés des pompiers. Des images fortes !

Qu’est ce qui a motivé votre venue à Tours ?
J’ai eu envie de retrouver le terrain qui offre un champ d’investigation très large. Avoir sept départements à couvrir est professionnellement motivant, les correspondants départementaux sont là pour nous y aider et avoir un rôle d’alerte. La région est aussi très belle et agréable à vivre. Tours me semble être une ville encore méconnue bien que très intéressante et c’est tant mieux.

 MédiaLoire n°1 - octobre 2004

Rédigé par Marie Remande-Archer

Publié dans #portrait

Repost 0
Commenter cet article