Les valeurs du Conseil National de la Résistance en débat

Publié le 13 Décembre 2013

Succès pour la soirée-débat organisée le 10 octobre par la Mutuelle Familiale de Loir-et-Cher et la CGT locale après la projection d'un film historique sur le Conseil National de la Résistance qui a secoué les esprits.

Plus d'une centaine de personnes ont assisté le 10 octobre à Saint-Gervais-la Forêt, près de Blois dans le Loir-et-Cher, à la projection du documentaire historique de Gilles Perret, « Les Jours Heureux », du nom du programme du Conseil National de la Résistance (voir encadré). Dans le débat sur le thème « Sécurité sociale et mutuelles face au capital », qui a suivi ce film choc et engagé, les organisateurs, André Rhaimbault, président de Mutuale, la mutuelle familiale, Alain Borg, secrétaire général de l'union départementale CGT et Catherine Jousse, de Réseau Education Populaire, ont remis en perspective les évolutions actuelles concernant la sécurité sociale et les mutuelles avec les valeurs universelles qui ont présidé à leur mise en place en 1943-44.

Sécurité sociale et Mutualité en danger

Le programme du Conseil de la Résistance a été « littéralement démantelé par le patronat et la finance au fil des années » se sont tous accordés à dire les intervenants. Un jeune homme dans la salle est intervenu : « Tout de même en France, nous avons la chance d'avoir un système social envié par beaucoup d'autres pays ! ». Ce à quoi Catherine Jousse a répondu que la sécurité sociale, pilier fondamental du projet du CNR, ne correspondait plus désormais au projet d'origine et ne répondait plus aux besoins des assurés. « La Mutualité est elle aussi de plus en plus attaquée. Nous sommes passés de 6000 mutuelles avant les années 2000 à 350 aujourd'hui, au profit des assurances et des institutions de prévoyance !», s'est indigné André Rhaimbault, président de Mutuale, «Avec l'Accord National Interprofessionnel, les petites mutuelles de proximité comme la notre ne pourront répondre aux appels d'offre des branches professionnelles pour couvrir les salariés automatiquement via leur entreprise. Une perte estimée de 20 à 30% d'adhérents. Sans compter les dégâts pour le code du travail et les conditions de travail des salariés.»

« Dans le contexte d'une France actuelle immensément riche, pourquoi ne pas reprendre le programme du CNR en le modernisant ?» a proposé une femme dans la salle. L'invitation des organisateurs à résister semble avoir trouvé un écho.

Article paru dans VIVA PRESSE de novembre 2013

Pour la version numérique, voir ici : http://www.viva.presse.fr/debat-autour-des-valeurs-du-conseil-national-de-la-resistance-168410

« Les Jours Heureux », un film témoignage sur la naissance du système social français

Des témoins résistants, des images d'archives et l'éclairage engagé de Gilles Perret animent son tout récent documentaire « les Jours Heureux », retraçant l'histoire de la création du Conseil National de la Résistance. Entre mai 1943 et mars 1944, 16 hommes appartenants à tous les partis politiques clandestins de l'époque (PS, PC, radicaux, démocrates chrétiens...), à tous les syndicats et mouvements de résistances ont rédigé un programme éminemment révolutionnaire, à l'origine de la création du système social français (sécurité sociale, retraites par répartition, comités d'entreprises, congés payés...). Ce film montre comment cette utopie imaginée durant cette période sombre de l'histoire devint réalité à la Libération en 1945.

un film de G. Perret, sur la création du Conseil National de la Résistance à la fin de la seconde guerre mondiale

un film de G. Perret, sur la création du Conseil National de la Résistance à la fin de la seconde guerre mondiale

Rédigé par Marie Remande

Repost 0
Commenter cet article